Mar 04 2013

Le changement, seule constante de ce monde

Blind Businessman

Les forces inépuisables  du changement

Considérons les forces du changement qui pétrissent le monde, les choses et les gens. Bouddha disait, il y a plus de 4000 ans, qu’il était la seule constante en ce monde. Intéressant paradoxe n’est-ce pas ?

Ces forces converties par l’intelligence humaine nous ont sorti des cavernes pour nous conduire aux portes des étoiles. Le changement est partout et dans tout et semble particulièrement excité en ce début de 3eme millénaire.

Le changement est un flux de va et vient constant, plus ou moins intense et qui contient toujours une certaine dose d’imprévisibilité. Ce flux est alimenté par les autres mais aussi, dans une plus ou moins grande mesure, par nous même.

Deux facteurs essentiels à prendre ne compte

L’autodétermination

En fait nous pouvons à partir de ce point de vue considérer deux types d’Hommes. Ceux qui pensent qu’ils peuvent créer du changement et être cause dans leur sphère d’influence et ceux qui pensent qu’il ne le peuvent pas et qui se retrouvent souvent effet de leur environnement.

Ce que l’Homme veut vraiment il l’obtient

Revenons au 14 octobre 1947, lorsque Chuck Yeager franchit le mur du son à bord du Bell X-1.

Cet exploit a été précédé de nombreuses expériences infructueuses…

L’avion en volant, provoque des perturbations « sonores » qui se déplacent à 1224kh/h. Et tout va bien, tant que l’on vole moins vite que le son. Par contre en approchant cette vitesse l’avion entre au contact de ces perturbations.

Les premières fois que c’est arrivé, les avions se sont scratchés purement et simplement. Les ingénieurs se sont affairés et pendant un temps, les uns après les autres, des aviateurs se sont levés, sont montés dans le cockpit et se sont scratchés.

Heureusement l’Homme apprend de ses échecs et les ingénieurs ont fini par comprendre qu’il fallait des structures plus flexibles et surtout qu’il fallait rester le moins de temps possible dans cette zone de perturbation. Ils en conclurent que les avions devaient aller plus vite encore

Voici une période de notre histoire qui prouve que ce que l’Homme veut vraiment, il l’obtient… surtout lorsque l’on pense qu’à peine 70 ans plus tôt, il était reconnu que les avions ne pouvaient pas voler et ce pour deux raisons : 1) C’était scientifiquement impossible et 2) médicalement parlant le cœur explosait à plus de 30 km/h.

Les changements cumulés et tout le mouvement que nous produisons entrent en résonnance et génèrent des perturbations de plus en plus fréquentes et de moins en moins prévisibles, et ce, pour toute organisation, individuelle ou multinationale… C’est pourquoi nous nous retrouvons avec un « mur du son » qui s’appelle le Mur du changement !

Réussir à passer ce mur, apparemment infranchissable, va dépendre de la puissance de la vision  et de la capacité à adapter les forces à son but.

Comment appliquer les leçons du passé à ce qui nous arrive aujourd’hui ?

En utilisant la flexibilité et l’augmentation de la vitesse.

Pour ne pas se heurter au mur du changement, une personne comme une entreprise a intérêt à se mettre dans le flux, accepter de s’adapter, anticiper et prendre la responsabilité de créer lui même du changement.

Et nous allons voir comment :

Deux stratégies face au changement

Mettre le passé dans le futur ?

Il semble qu’une des grandes différences entre le changement d’hier et d’aujourd’hui se situe au niveau de la fréquence et de l’imprévisibilité.

L’Homme a passé plus de 35000 ans dans les cavernes et a donc eu le temps de prendre des habitudes. Quand les choses se sont accélérées, il a du faire appel à son sens inné de l’adaptabilité. Les entrepreneurs de cette époque se lançaient dans l’aventure comme le font les entrepreneurs de tous les temps : ils ont pris des risques, puis ont développé leurs affaires et les ont transmises à leur fils… Pour croître, il suffisait de compter ce que l’on avait fait, de le reproduire en ouvrant un nouveau comptoir, un nouveau magasin, une nouvelle unité de production. Même si la concurrence et les perturbations internationales avec leur lots de conflits et de guerres incessants, pouvaient être rudes, s’adapter au changement consistait à prévoir en optimisant le passé et en le mettant purement et simplement dans le futur. Cela marchait et suffisait amplement aux gens sérieux et travailleurs…

Mettre le futur dans le présent ?

L’entrepreneur d’aujourd’hui, quelque soit sa taille et son secteur d’activité, a déjà changé plusieurs fois de métier… Cela va vite, cela va même très vite.

Face à des changements rapides et imprévisibles, l’aptitude à prévoir devient  insuffisante, voire même dangereuse. Il faut lui ajouter autre chose.

Pour « passer le mur du changement » Il nous faut anticiper l’avenir et prendre le risque de créer.

Comment exploiter les forces du changement ?

Nos propres efforts sont parfois alignés avec les forces du changement et nous sommes alors porté par le mouvement… Le marché des portables, le numérique… Parfois ces forces s’opposent légèrement et quelques ajustement suffisent mais il arrive qu’elles s’opposent à nous de façon frontale et là vous avez un bang !

Que se passe-t-il lorsque quelqu’un est confronté à trop de changement et qu’il se sent impuissant à y faire face ? Et bien, dans la grande majorité des cas,  le gars se met à stresser à mort.

Une question d’énergie

S’adapter demande beaucoup d’énergie et cette énergie doit être correctement orientée si l’on veut utiliser les forces du changement sans se laisser perturber par les risques qu’il contient.

Créer de l’énergie

Comment crée-t-on de l’énergie ? C’est simple, il suffit de créer une différence de potentiel. C’est comme cela que l’on fabrique de l’électricité. C’est comme cela que l’on fabrique n’importe quelle sorte d’énergie. Comment appliquer cela à cette énergie particulière appelée Motivation ? Il nous faut deux pôles avec une différence de potentiel.

Le premier pôle est la situation actuelle et en se laissant aller à imaginer un meilleur futur ou tout simplement la situation telle qu’elle devrait être, nous créons littéralement le deuxième pôle : la situation souhaitée. La différence de potentiel sera proportionnelle à la quantité de plus que contient cette situation souhaitée : La quantité de solutions qu’elle apporte aux problèmes présents, la quantité de plaisirs et de valeur ajoutée dont elle est la promesse.

« Le futur que l’on crée nous donne à être dans le futur. »

Evidences

Notre façon de regarder les choses du côté positif ou négatif agit directement sur notre état émotionnel et c’est à partir de cet état que nous agissons.

Il apparaît clairement qu’une personne est d’autant motivée qu’elle travaille à un futur qui l’enthousiasme. Et personne n’est vraiment motivé à l’idée d’un futur négatif.

C’est à ce niveau que nous retrouvons nos deux types : ceux qui assument la responsabilité de travailler à une vision optimale de l’avenir et ceux qui considèrent que tout n’est que hasard et loterie. 

En ce qui concerne les mécanismes de création, ce qui est vrai pour l’Homme est également vrai au niveau de l’entreprise. Se forger une vision de ce à quoi l’on veut ressembler d’ici 3 à 5 ans est aussi une question de choix et de décision. Ensuite cela relève de la méthode.

« Nous n’osons pas parce que c’est difficile. C’est difficile parce que nous n’osons pas. »

Au niveau de l’entreprise, la vraie difficulté vient de ce que tout le monde a une vision personnelle de ce que devrait être l’avenir. Lorsque la vision est suffisamment partagée par ceux qui sont impliqués, elle acquiert un pouvoir d’influence considérable.

Une démarche aux résultats impressionnants

Mettre à jour un futur à plus ou moins long terme qui nous enthousiasme, nous inspire et nous met délibérément en action repose sur une démarche précise. Elle n’est enseignée à l’école. Les managers ont trop la tête dans le guidon pour la mettre en oeuvre. Et pourtant, c’est une méthode simple, naturelle qui est utilisée par toutes les personnes qui savent comment profiter des opportunités.

Téléchargez notre livre blanc
7 Bonnes pratiques de Management

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.