Juin 09 2013

Episode 6 du Manager Ethique

Étape N°1 : Se Forger une vision d’avenir inspirante :

Businesswoman standing on a ladder looking through binoculars

Préliminaire : Le choix de Prévoir ou d’anticiper ?

Dans un monde qui change plus vite, que notre aptitude à prévoir, l’intuition prend la relève de plus en plus souvent. Mais elle possède aussi ses limites. Se forger une vision d’avenir permet de concilier ces deux aptitudes et réussir à orienter le présent de façon positive dans le sens d’un meilleur avenir fait appel à l’Anticipation.

La différence fondamentale entre la prévision et l’anticipation tient à ceci :

  1. La prévision construit le futur sur la base du présent.
  2. L’anticipation fait évoluer le présent sur la base d’une vision idéale du futur.

La Prévision est le mode de fonctionnement du conservateur, tandis que l’anticipation est le mode de fonctionnement du créateur, qui de manager entretenant des acquis, devient leader, dynamisant des processus d’évolution et d’adaptation. Or dans ce monde qui bouge si vite qu’il submerge nos temps de réaction, il devient urgent d’ajouter à cette fonction conservatrice celles de création et de leadership.

Remarque

« Le propre des créations de l’activité est qu’elles ne sortent ni de la seule imagination, ni du seul réel, mais d’un réel imaginé que l’homme d’action se sent capable de substituer au réel existant. »  Bernard GRASSET

Anticiper

L’anticipation est d’abord une création imaginaire ou mentale, une représentation de l’Optima

Optima

 » Optima est utilisé ici dans le sens de rêver au « meilleur possible » dans lequel nous sommes prêts à nous investir. »

Il reste à souligner le fait que rien n’a été réalisé dans ce monde qui n’ait d’abord été rêvé puis réfléchi, partagé et enfin réalisé jusqu’à ce qu’il devienne réalité. Cette réalité s’impose ensuite à nous comme une sorte d’évidence qui nous fait oublier sa véritable origine : Le rêve, la  « machine » à créer l’avenir.

Si nous voulons savoir à quoi rêvaient nos grands-parents, il suffit de voir le monde dans lequel nous sommes aujourd’hui. Si nous voulons savoir dans quel monde vivront nos petits enfants, nous devrions nous interroger sur les rêves que nous faisons aujourd’hui. Certains, vraiment cyniques troqueraient volontiers le mot rêve pour cauchemar… Mais comme l’optimisme relève du défi et du courage et le pessimisme, de la « victimite » et de la lâcheté : restons positif !

Accepter d’endosser le profil d’un grand leader

Sans titre

Prévoir ou anticiper ?

Quelle stratégie choisir, sachant que créer nous incite à sortir de notre zone de confort pour nous confronter à l’inconnu. Aussi anticiper représente le risque de fonder notre action sur une représentation mentale, une simple image vous rendez-vous compte ? Presque du rêve en somme. Bien que ce rêve ne soit pas le premier fantasme venu, puisqu’il nous renvoie au meilleur de l’avenir et nous donne un rendez-vous avec le meilleur de nous-même.  Cependant vous noterez que la capacité à influencer l’avenir passe par l’aptitude à maintenir un concept en place. Or s’il est bien une chose des plus volatile et inconstante, ce sont nos visions de l’avenir et nos belles intentions. C’est en ce sens qu’il faut être particulièrement costaud pour maintenir sa position dans le temps et dans l’espace.

En conclusion,

Il n’y a pas plus grand risque que de n’en prendre aucun,

Ce faisant nous nous condamnerions à rater notre propre existence. Alors pourquoi ne pas prendre celui d’assumer notre rôle de leader en faisant pour l’entreprise ce que nous aurions intérêt à faire pour nous-mêmes. N’est-ce pas là la signature des grands leaders ?

VISION

« Capacité à se projeter positivement dans l’avenir et à laisser émerger ce à quoi il pourrait ressembler qui nous inspire vraiment. »

Partager

Se forger une vision, tout le monde sait faire ! C’est bien là le problème. La clé de la cohérence d’une direction et donc de sa puissance vient de la création d’une vision non pas uniquement individuelle mais commune. N’allez pas croire que le mot : commune soit une tentative de faire valoir la moindre idée de communisme. Ni encore qu’il faille se ranger à l’idée du plus grand nombre, non plus. Aucune de ces acceptations n’a la moindre place ici. Commune dans le sens de partagée, comprise, à laquelle l’on s’associe librement etc.…

Une telle vision ne peut émerger qu’au cours d’un travail d’anticipation réalisé en groupe. C’est-à-dire avec l’ensemble des membres de la Direction. Le but étant qu’ils puissent se rendre compte

  1. Qu’elle permet de grandir
  2. Qu’elle est une réponse valable aux préoccupations du présent
  3. Qu’elle est bénéfique pour le plus grand nombre

Un jeu gagnant-gagnant

La puissance que confère une vision commune partagée n’a de rivale que la difficulté à se hisser au-dessus des jeux de pouvoir. A ce stade, Self Management aura permis à chacun de se synchroniser sur les principes et les valeurs qui garantissent un « jeu gagnant-gagnant »

Le privilège du Capitaine

Il n’en reste pas moins vrai, que seul le dirigeant, c’est là l’un de ses plus grands privilèges, a le pouvoir de prendre cette décision. Partager avec les membres de son Comité de Direction, le privilège de créer !

Un processus en 3 étape

Il s’agit d’un processus de réflexion créative.

  1. Se projeter dans la possibilité d’un avenir couronné de succès et définir à quoi il ressemble
  2. S’interroger sur les compétences qui expliquent ce succès reconnu par tous
  3. Hiérarchiser ces compétences en termes d’importance et pour finir en mesurer notre niveau de maîtrise ;

tableCe processus de réflexion créative qui nécessite de traiter un grand nombre de données et de critères est avantageusement assisté par ordinateur.

À l’issue de ce travail, qui pousse les participants à explorer les voies du possible et donc à flirter avec l’inconnu de façon authentique, profonde mais aussi conviviale et ludique, le Comité de Direction dispose :

  • D’une vision d’entreprise réaliste, puissante autant que partagée.
  • D’une carte stratégique définissant clairement la hiérarchisation des forces disponibles et celle des Domaines de Progrès stratégiques.
  • Les Domaines de Progrès contribuant le mieux à réaliser la Vision de l’entreprise deviennent la matière première des projets stratégiques.

La suite au prochain épisode

Merci pour vos commentaires :-)

Pour  accéder à nos publications cliquez ci-dessous

http://leadership-et-management.com/episode-6-du-manager-ethique.php

(1 commentaire)

  1. Cet épisode 6 du Manager ethique amorce une information sur l'un des process au coeur du Management Stratégique. Il s'adosse à un programme IRCAR-Formation, spécialement dédié au  Comité de Direction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.