Mai 15 2013

Episode 3 du Manager Ethique

managerRevenons à la dérive qui conduit à l’abus de pouvoir

Ce schéma quasi fractal se reproduit à un méta-niveau. C’est à l’échelle mondiale que ces phénomènes masqués par une presse à sensation, une publicité hypnotique, une économie de la pénurie et une fâcheuse tendance à l’hyper-contrôle que se joue actuellement le sort des générations futures.

Est-il possible d'y faire quelque chose ?

Face à cette ambiance générale, un manager peut penser qu’il ne peut rien et sombrer dans le cynisme ou l’apathie … Une récente enquête, juin 2011, met en évidence que 71% des Managers interviewés ont comme principale préoccupation, la gestion des conflits. Les résultats de l’enquête montrent qu’ils ont du mal à tenir leur position face à une situation où la communication s’est dégradée. Cela démontre qu’un grand nombre de d’équipes de managers ne sont pas suffisamment préparés et entraînés pour amortir ce type de situations. Par exemple : On reçoit de la pression et on retransmet de la pression.

Si tu crois que tu peux y faire quelque chose ou que tu crois que tu ne peux rien y faire, dans les 2 cas tu as raison

Ce n’est pas une fatalité.

Un Manager correctement formé, qui maîtrise ses fondamentaux sait comment s’y prendre pour faire la différence et influencer son environnement immédiat. Un groupe de managers fédérés autour d’une éthique bien trempée peut avoir une influence stimulante et apaisante en même temps. Une influence éducatrice et, pour monter la barre là où elle devrait être placée, une influence civilisatrice.

Une puissance organisatrice

Les Managers sont une puissance organisatrice de tout premier plan et ceci dit, j’écris en partie ce livre en pensant à ma fille, Déborah, qui demain va se retrouver, comme vos propres enfants, entre les mains de managers correctement éduqués et formés pour maintenir un climat favorable à leur épanouissement et donc à celui d’une société toute entière ou pas. C’est à dire entre les mains de gars mal éduqués qui auront du mal à confronter les situations inhérentes à leur poste et accomplir sainement leur mission.

Rien n’est statique dans ce monde, tout bouge, tout change et si l’on en croit l’effet papillon associé à la synchronicité alors tout espoir est permis.

L'exemplarité

L’exemplarité étant l’un des fers de lance d’un manager digne de ce nom, chacun reste juge de l’usage qu’il  fait du pouvoir qui lui est confié.

Il n’en reste pas moins qu’il existe une mesure incontournable de la valeur d’un manager. Non pas, uniquement le nombre de personnes qu’il « dirige » mais la quantité de progrès et de réussite que ces mêmes personnes ont obtenus tandis qu’elles dépendaient de son autorité.

Et puis, au final, lorsque les gens réussissent leurs missions, l’entreprise gagne, elle aussi, non ?

En fait, on pourrait se demander pourquoi cette évidence si évidente ne se traduit-t-elle pas autant qu’il le faudrait dans les faits?

N’oublions pas que le sénat grec a condamné à mort Socrate, l’Homme qui de son temps, a le plus fait pour promouvoir une éthique de la liberté.

C’est précisément l’objet de ce livre de vouloir ajouter aux contributions des Hommes de bonne volonté ma participation.

Bonne lecture et j’espère que j’aurai bientôt de vos nouvelles.

L’auteur
Marc Roussel

Note 1 de l’auteur

A la relecture, me rendant compte du nombre de références au judo, j’ai pensé qu’un éclairage s’imposait, tout au moins pour le lecteur non initié aux arcanes de cette discipline. A l’origine elle fut développée par Jigoro Kano qui voulait pour son pays un enseignement susceptible de développer le corps et l’esprit dans le but de rapports humains et sociaux mutuellement enrichissants et satisfaisants. Sa recherche de « l’utilisation efficace de l’énergie » dépasse en profondeur et en sagesse l’apparent fouillis de bras et de jambes que l’on peut voir à la télé lors des reportages sportifs.

La présence de valeurs pro-humaines qui élargissent le point de vue à une dimension universelle, les méthodes d’enseignement qui s’appuient sur des processus d’entraînement permettant véritablement de progresser, le fait d’avoir moi-même posé les pieds sur un tatami au cours d’une très brève période puis rencontré quelques années plus tard le maître Jean Paul Metzger (7e Dan), ont contribué et favorisé l’adoption de cet art-martial comme référent pédagogique.

Note 2 de l’auteur

Nous utilisons le mot Homme comme générique, mais nous utiliserions avec plaisir celui de Femme s’il avait été retenu par l’académie comme générique. Tout cela pour souligner que nous croyons qu’avant d’être homme ou femme nous sommes d’abord un être humain et que mis à part la faculté de procréer, il n’y a pas de différence intellectuelle ou de capacité à exercer quelque fonction que ce soit. Et que les droits de l’Homme (Être humain) doivent s’appliquer stricto sensu aux femmes comme aux hommes.


La suite au prochain épisode

Votre commentaire est le bienvenu. Indiquez nous ce que vous pensez …

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.